Anne Lauvergeon



Anne Lauvergeon, née le 2 août 1959 à Dijon, en Côte-d'Or, est une dirigeante française d'entreprises, notamment de la Cogema puis Areva de 1999 à 2011. Selon le classement du magazine Forbes, en 2010, elle est à la vingt-quatrième place des 100 femmes les plus puissantes du monde.

Sans être énarque ni socialiste, elle est nommée, en février 1990, chargée de mission pour l’économie internationale et le commerce extérieur à la Présidence de la République, auprès de François Mitterrand. L’année suivante, elle en devient secrétaire général adjointe sous la direction de Jean-Louis Bianco, alors secrétaire général, et devient le « sherpa » du président, c’est-à-dire sa représentante personnelle, chargée de préparer les sommets internationaux comme le G7. Time la classe alors parmi les 100 personnes les plus influentes dans le monde.

En 1995, elle rejoint le secteur bancaire, et devient associée-gérante de la banque franco-américaine Lazard Frères. Mais, en conflit avec Édouard Stern, gendre et dauphin du PDG, elle démissionne deux ans plus tard. En mars 1997, elle est nommée directrice générale adjointe d’Alcatel, avant d’entrer au comité exécutif du groupe. En juin 1999, Dominique Strauss-Kahn la nomme président-directeur général (PDG) du groupe Cogema, en succession de Jean Syrota. Avec le slogan « Nous n'avons rien à vous cacher », elle instaure une culture de communication grand public dans une structure plus habituée au secret. Contre ses autorités de tutelle et le milieu industriel, elle décide de construire un groupe nucléaire intégré, de l'exploitation au retraitement en passant par la fabrication de réacteurs, en rachetant à Alcatel ses participations dans Framatome. Avec d'autres sociétés, elle fonde en juillet 2001 la nouvelle entité qu'elle baptise Areva, du nom de l'abbaye espagnole Arevalo. Elle en prend la tête, entrant ainsi dans le cercle très restreint des femmes dirigeantes de groupes d’envergure internationale. Elle entraîne son groupe dans un développement hors de France, et pour mener à bien son expansion dans un secteur international très concurrentiel, elle s'appuie sur un réseau influent, constitué notamment de membres du corps des mines, de personnalités françaises et étrangères rencontrées lors de son passage à l'Élysée et au sein de think tanks internationaux, mais aussi sur les syndicats.

En 2006, elle reste la femme dirigeant le plus d’employés au monde. Elle entre en 2004 dans le classement des femmes les plus puissantes du monde du magazine Forbes, et est classée au 24e rang en 2010. Elle quitte Aréva en 2011 pour présider le conseil de surveillance de Libération avant d'être nommée fin 2014 à la la tête du conseil d'administration de Sigfox, startup fondée en 2009 et opérateur de réseau cellulaire dédié à l'Internet des objets.

plus d'infos
contact@minds.com
Références clients
Ce site utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation.